Recherche Avancée
Plus d'options de recherche
nous avons trouvé 0 résultats
Vos résultats de recherche

Casa-Anfa : les promoteurs n’ont pas de difficulté à écouler leurs projets

Posté par Sophia sur 2019-10-09
| 0


Plusieurs opérateurs immobiliers affichent un taux de commercialisation satisfaisant. Certains estiment qu’il n’est pas évident d’assurer le même rythme de commercialisation tous les mois. Le site offre toutes les commodités nécessaires pour garantir un cadre de vie favorable.

Le nouveau quartier d’affaires Casa-Anfa prend de mieux en mieux forme. Hormis les plateaux de bureau et la tour CFCA, dont la commercialisation semble se dérouler à un bon rythme, la composante immobilière résidentielle suit, tant bien que mal.

Au vu de l’ambiance morose qui caractérise l’ensemble du secteur à l’échelle nationale et du positionnement de la zone sur des segments premium, le challenge était de taille pour les promoteurs qui ont investi dans la zone. Mais visiblement, le pari est en passe d’être gagné pour une majorité d’entre eux grâce à un mix réussi entre le rapport qualité/prix et l’offre en termes de design, d’architecture…

Rappelons que plusieurs promoteurs ont développé des projets à Casa Anfa dont Yasmine Immobilier, Thomas&Piron, Bouygues Immobilier, Asma Invest, TGCC, CGI, Al Akaria Developpement, Walili, Linkcity, Mfadel en partenariat avec Realites Afrique…

La Vie éco est allée à la rencontre de certains d’entre eux pour s’enquérir de leur retour d’expérience, de l’état d’avancement de leurs projets ou encore de l’évolution de la commercialisation.

D’emblée, le DG adjoint de Yasmine Immobilier, Omar Berrada, explique qu’il «est difficile de tracer une tendance ou d’établir des prévisions. Le rythme de vente reste aujourd’hui acceptable même s’il est en deçà de l’objectif escompté».

Reda Halify, DG d’Al Akaria Developpement, estime pour sa part : «De façon globale, le délai de commercialisation est d’environ trois ans et les biens finissent toujours par trouver preneur». Ce qui n’est pas le cas forcément d’autres projets réalisés au centre de Casablanca. Il faut dire aussi que certains promoteurs ont conclu un partenariat avec AUDA, dont notamment TGCC, Al Akaria Developpement, Asma Invest et Ouchtar Developpement, selon lequel 60% du programme immobilier doit être commercialisé à un prix moyen de 17 500 DH/m2 pour une surface moyenne minimale de 80 m2. «Ce qui reste un prix largement acceptable pour la classe moyenne qui est à la recherche de biens immobiliers de qualité». D’ailleurs, M.Halify se targue d’un taux de commercialisation qui dépasse 65%.

Le projet Ryad Anfa, réalisé par Asma Invest, est fini et livré à 85%, à un prix de 16 500 DH/m2 pour le moyen standing et 19 000 DH/m2 pour le haut standing. Un second projet a d’ailleurs été lancé par l’opérateur. Il s’agit d’Occitania, dont la commercialisation vient de démarrer et adopte une trajectoire satisfaisante, selon les responsables.

Pour sa part, Yasmine Signature qui écoule ses projets immobiliers de haut standing à un prix qui varie de 23000 à 28 000 DH/m2 a réussi à commercialiser presque la totalité de la 1ère tranche de ses Tours Végétales. «Les acquéreurs sont déjà installés et il nous reste un petit stock», assure M.Berrada. Il confie aussi que «la 2e tranche, elle, dont la livraison est prévue en fin d’année, est à un taux de commercialisation bien avancé, aux alentours de 65%. La livraison de la 3e tranche, pour sa part, est prévue pour fin 2020/début 2021 et ne devrait pas connaître des problèmes de commercialisation dont le lancement officiel est prévu à fin 2019».

Non loin des Tours Végétales, Yasmine Signature est en train de lancer un autre projet baptisé «Pavillons Anfa Club».

Et visiblement, «il y a un certain engouement pour ce projet dont la commercialisation emprunte le même rythme que les Tours Végétales», assure M.Berrada.
Par ailleurs, le dernier-né de la CGI, «The Park Condominium», est vendu à partir de 24 000 DH/m2. La moitié du stock d’appartements est écoulé alors que l’autre est livrable immédiatement. Bouygues Immobilier qui, rappelons-le, a plié bagages, a réussi à écouler la totalité de son programme immobilier.

Ces exemples, non exhaustifs mais non moins insignifiants, démontrent certes l’intérêt des clients pour ce nouveau quartier de Casablanca, mais également, le potentiel que recèle le secteur immobilier. Encore faut-il que le lieu d’habitation soit pourvu et équipé de toutes les conditions sine qua none pour assurer un cadre de vie agréable. D’ailleurs, Casa Anfa City dispose de moult équipements. Elle est d’abord desservie aussi bien par les routes que par le tramway. Ensuite, elle dispose de deux établissements scolaires et de plusieurs plateaux de bureaux, en plus de la tour CFCA. D’autant que plusieurs commerces sont prévus ainsi qu’un centre commercial, des hôtels et des appart-hôtels. Enfin, le site a fait la part belle aux espaces verts, talon d’Achille de la ville de Casablanca. Des liaisons piétonnes sont également disponibles entre les quartiers, en vue de limiter l’usage de la voiture et de continuer à garantir la qualité de l’air. De quoi en faire le futur noyau urbain avant-gardiste de Casablanca…



Source link

Comparer les annonces